- Confinement partiel aux Pays-Bas 

Le pays est soumis à un "confinement partiel" à partir de mercredi 14 octobre, qui implique notamment la fermeture de tous les bars et restaurants. 

Après des mois de refus du port du masque, le Premier ministre Mark Rutte a finalement décidé de le rendre obligatoire dans tous les espaces clos pour les plus de 13 ans. 

La vente d'alcool sera également interdite après 20H00, dans le but de réduire les interactions sociales qui ont entraîné une augmentation des cas de Covid-19. "Cela va faire mal, mais c'est la seule solution. Nous devons être plus stricts", a estimé Mark Rutte lors d'une conférence de presse télévisée. 

Mercredi, les autorités sanitaires néerlandaises ont fait état d'un nouveau record quotidien de 7.393 contaminations au coronavirus. En une semaine, elles ont répertorié 43.903 nouveaux cas et 150 morts. Sur les 14 derniers jours, les Pays-Bas ont le troisième plus haut taux de nouvelles contaminations pour 100.000 habitants en Europe, derrière la République tchèque et la Belgique, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. 

Ces derniers mois, le gouvernement néerlandais avait promu une politique de "confinement intelligent", nettement moins stricte que ses voisins européens, mais il ne parvient plus à contrôler la deuxième vague de l'épidémie.

- Interactions sociales limitées en Italie 

L'Italie, où la pandémie à fait 36.000 morts, a aussi annoncé mardi de nouvelles mesures de restrictions. Le décret, signé par le Premier ministre Giuseppe Conte pour 30 jours, interdit aux bars et restaurants de servir des clients non assis après 21h00. Il bannit aussi les fêtes et célébrations, à l'extérieur comme dans les lieux fermés, et limite à six le nombre d'invités à domicile.

L'Italie a enregistré 4.619 nouveaux cas lundi, un chiffre inédit depuis avril, mais qui semble à peu près stabilisé et très inférieur aux taux de contamination observés en Espagne ou en France. 

- Trois hôpitaux de campagne rouvrent au Royaume-Uni

Outre-Manche, où le virus repart en flèche, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé lundi fermer les pubs à Liverpool et réactiver trois hôpitaux de campagne mis en place au printemps. 

Mais le gouvernement britannique est critiqué pour avoir ignoré la recommandation de ses experts scientifiques d'imposer immédiatement un confinement court dès septembre. L'épidémie a fait près de 42.900 morts au Royaume-Uni. 

- Les restrictions s'étendent en Espagne 

Les bars et restaurants vont être fermés pendant 15 jours dans la région de Catalogne à partir de jeudi soir, ont annoncé mercredi les autorités régionales. 

L'annonce de cette mesure drastique intervient après le bouclage partiel de Madrid et d'autres restrictions prises dans les régions d'Andalousie, de Navarre ou de Galice pour combattre la hausse des contaminations en Espagne, où la pandémie a tué plus de 33.000 personnes. 

Les restaurants et bars ne pourront plus servir les clients dans leurs établissements et pourront uniquement livrer à domicile, des mesures "difficiles" décidées afin d'"éviter un confinement total ces prochaines semaines", a annoncé Pere Aragones, président par intérim du gouvernement régional de Catalogne lors d'une conférence de presse.

La Catalogne, l'une des premières régions à avoir été touchée par la deuxième vague de l'épidémie en juillet, était parvenue à maîtriser l'avancée des contaminations en prenant des mesures fortes, avant de voir les infections repartir en flèche depuis quelques jours.

- Couvre-feux en Allemagne 

Confrontées à une hausse inquiétante des infections, plusieurs grandes villes allemandes, dont la capitale Berlin, imposent des restrictions nocturnes aux bars et restaurants depuis le week-end dernier. 

A Berlin, les établissements doivent fermer leurs portes entre 23H00 et 06H00, une tranche horaire qui voit habituellement déambuler chaque week-end des dizaines de milliers de personnes dans la capitale, où de nombreux bars restent ouverts toute la nuit. Ces restrictions concernent tous les magasins sauf les pharmacies et stations-service. Elles seront en place au moins jusqu'au 31 octobre. La vente d'alcool dans les stations-service est également prohibée.

Cologne, la capitale de la région la plus peuplée, la Rhénanie du nord-Westphalie, et Francfort, ont pris des mesures similaires, avec la fermeture des bars et restaurants et l'interdiction de vente d'alcool entre 22H00 et 06H00. Autre grande ville allemande, Hambourg a elle opté pour le port obligatoire du masque dans les lieux publics depuis lundi.

Angela Merkel souhaite imposer de nouvelles restrictions, dont une obligation élargie du port du masque. Des horaires de fermeture des bars et restaurants devraient également être imposés lorsque le taux d'incidence atteindra 35 nouvelles infections quotidiennes pour 100.000 personnes durant sept jours consécutifs, selon un projet d'accord négocié mercredi par la chancelière et les dirigeants des 16 régions allemandes. Ces restrictions concernaient jusqu'à présent les zones dont le taux d'infection atteignait 50 pour 100.000. 

L'Allemagne comptait mercredi 334.585 cas officiellement déclarés de Covid-19, avec 5.132 nouveaux cas déclarés en 24 heures, soit la plus forte augmentation depuis six mois, selon l'institut sanitaire Robert Koch. 

Dans les zones où le taux d'infection sera supérieur pendant au moins une semaine à 50 pour 100.000, de nouvelles mesures restrictives, dont la limitation des rassemblements privés, seront "systématiquement" imposées, selon ce projet d'accord. La jauge limite de personnes pouvant se réunir ensemble n'est pas à ce stade précisé. 

Le document conseille en outre vivement aux Allemands, actuellement en vacances d'automne, à limiter les déplacements en Allemagne. La plupart des régions imposent à ce stade un test négatif aux voyageurs qui souhaitent y séjourner. Certains, comme le Mecklembourg-Poméranie occidentale, dans le nord-est du pays, exigent en plus une période de quarantaine.